Accueil > Conférences et journées d’étude > 2010 : Journée "Unités syntaxiques et unités prosodiques" de Paris 3

Syntaxe et prosodie

par webmestre - publié le

Journée "Unités syntaxiques et unités prosodiques"

Cette journée, organisée par F Lefeuvre et E. Moline, a eu lieu le 19 mars 2010, à Paris 3 (Censier)

Cette journée d’étude internationale a rassemblé les principaux chercheurs européens qui, depuis de nombreuses années, élaborent des systèmes théoriques permettant de rendre compte de l’articulation entre la syntaxe et la prosodie dans l’analyse du discours oral. Les participants sont invités à présenter le cadre théorique dans lequel ils opèrent, puis à segmenter un même extrait oral tiré du Corpus français parlé parisien http://ed268.univ-paris3.fr/CFPP2000 (S. Branca, S. Fleury, F. Lefeuvre, M. Pirès).

Cette rencontre a pu être organisée grâce au soutien du SYLED (EA 2290), de Rhapsodie (Lattice UMR 8094, CNRS ENS) et de l’université de Paris 3 (Conseil scientifique et Relations internationales).

A télécharger

La transcription de l’extrait
Les résumés des intervenants
La présentation de Liesbeth Degand et Anne Catherine Simon
La présentation d’Anne Lacheret, Sylvain Kahane et al
Les documents d’Emanuela Cresti et Ida Tucci (la transcription xml est lisible sous WinPitch alignée avec le son (mettre le fichier audio Anita Musso.wav dans le même répertoire)

Quelques photos de la journée

Présentation

L’analyse du discours oral a pris une ampleur considérable ces dernières années, comme en témoignent notamment les volumes 21 et 22 des Travaux linguistiques du CerLiCo (2008 et 2009), ou encore la journée Conscila 2009 intitulée Regard croisés sur la prodosie du français (Paris, 27 Mars 2009), les troisièmes rgnconurms internationales sur les interfaces discours et prosodie (Paris, 9-11 septembre 2009), et la cinquième conférence internationale Speech Prosody (Chigaco, 11-14 Mai 2010). En attestent également les projets Rhapsodie (responsable, Anne Lacheret) Pro-gram (la prosodie dans la grammaire, responsable Jean-Marie Marandin) financés par l’Agence Nationale de la Recherche. Les progrès technologiques récents permettent une meilleure conservation et une diffusion plus large des corpus enregistrés d’une part, une analyse de plus en plus précise des données prosodiques d’autre part.

La journée d’étude du 19 Mars 2010 est focalisée sur la question des unités spécifiques de l’oral, et interroge tout particulièrement la question du rapport entre la prosodie et la syntaxe. Plusieurs modèles théoriques ont été proposés ces dernières décennies pour rendre compte de l’interface entre la syntaxe et la prosodie. Cette journée internationale rassemble les théoriciens des principaux courants européens sur la question de la segmentation du discours oral. L’originalité de la manifestation consiste à soumettre à l’analyse de chacun des intervenants le même extrait oral, ce qui permettra de comparer effectivement les approches. L’extrait choisi est issu du Corpus Parisien du Français Parlé (CFPP2000) élaboré par S. Branca, S. Fleury, F. Lefeuvre et M. Pirès. Nous avons retenu un extrait d’une durée de 3 mn (700 mots) dans lequel une locutrice du 11e arrondissement décrit la façon dont elle circule dans Paris, et l’enquêtrice pose des questions pour susciter de nouveaux développements. Le thème (la relation d’un habitant à son quartier et à sa ville) retenu par les concepteurs du corpus est propice à la discussion, il permet de large prises de parole et minimise autant que faire se peut les biais possibles résultant de la situation d’enquête. Après avoir présenté leur cadre théorique, les conférenciers proposeront une segmentation du texte.

Il s’agit de faire le point sur les théories en cours et leur mise en pratique.

(voir ci-dessous le texte de l’extrait soumis à l’étude)

PROGRAMME

- 9H15 : ACCUEIL DES PARTICIPANTS

- 9h45-10h Florence Lefeuvre (U. Paris 3/ UMR Lattice) & Estelle Moline (U. Littoral - Côte d’Opale/ HLLI-CERCLE) :
Unités syntaxiques et unités prosodiques : présentation.

- 10h-10h40 Mary-Annick Morel (U. Paris 3/ EA 1483) :
Les paragraphes intonatifs d’Anita Musso : marques intonatives et morphosyntaxiques du va et vient entre consensus coénonciatif et égocentrage colocutif.

- 10h40-11h20 Alain Berrendonner (U. Fribourg) :
Unités syntaxiques et unités prosodiques.

- 11H20- 11H40 PAUSE

- 11h40- 12h20 Emanuela Cresti & Ida Tucci (U. Florence/ Lablita) : Informational patterning and syntactic features in Anita Musso’s interview.

- 12h20-13h Claire Blanche-Benveniste (U. Provence/ EPHE) & Philippe Martin (U. Paris 7/ CLILLAC-ARP EA 3969) : Structuration prosodique, dernière réorganisation avant énonciation.

- 13H-14H30 DEJEUNER

- 14h30-15h10 Anne Lacheret-Dujour (U. Paris X, UMR Modyco), Bernard Victorri (CNRS/ UMR Lattice), Mathieu Avanzi (U. de Neufchâtel/ Paris X, UMR Modyco), Sylvain Kahane (U. Paris X, UMR Modyco), Paola Pietrandrea (CNRS/ UMR Lattice) :
"Oui voilà par contre" elle est où la coupure là ? Ecouter, segmenter, observer, interpréter : une approche bottom-up pour le traitement intonosyntaxique du discours.

- 15h10-15h50 Elisabeth Delais-Roussarie (CNRS, UMR LLF et U. Paris 7), Brechtje Post (RCEAL, U. Cambridge) et Hiyon Yoo (U. Paris 7, UMR LLF) :
Quand frontières prosodiques et frontières syntaxiques se rencontrent.

- 15H50-16H10 PAUSE

- 16h10-16h50 Liesbeth Degand & Anne Catherine Simon (U. catholique de Louvain, Valibel) :
L’analyse en unités de base du discours – pourquoi et comment

- 16h50-17h30 Pierre Le Goffic (U. Paris 3 / UMR Lattice) :
Phrase et intégration textuelle

Transcription du passage à segmenter

Entretien avec Anita Musso, habitante du 11e arrondissement.

L’enregistrement et la transcription sont accessibles sur le site du CFPP2000

1. bon j’reviens sur cette euh ce problème qui est un problème euh voilà de d’être chez moi combien d’fois ça m’est arrivé « bon ben là tu vas boulevard Voltaire c’est pas loin euh tu tu j’y vais à pied » je suis chez moi je m’conditionne dans mon appartement en m’ disant + « j’y vais à pied » moi ma voiture elle est garée dans la rue j’ai un stationnement résident + je passe devant je n’ peux pas m’empêcher d’ouvrir euh la porte d’ monter dedans et d’aller euh à euh voilà cinq minutes en voiture c’qui m’ mettrait peut-être euh + un petit quart d’heure à pied + donc au dernier moment je prends ma voiture

2. mais pour l’instant c’est une vraie question hein pour l’instant c’est quand même en termes de temps rentable aussi d’prendre la voiture c’est ça va plus vite qu’à pied

1. sur le coup + je me dis « j’vais mettre cinq minutes » + mais le temps de m’garer de tourner de faire des ronds pour pas mal me garer et tout je sais qu’ je suis perdante +

2/ et pourtant + +
1. je l’ sais qu’j’ suis perdante

2. en fait vous êtes maintenant perdante mais quand même y a le

1. y a le oui y a un côté de facilité d’passer devant sa voiture et de s’ dire « bon ben j’la prends et euh »+ et voilà quoi + à mon avis c’est pas très malin faudrait que j’ + c’est une habitude en tout cas qu’j’aimerais changer + +

2. et alors comment vous vivez les + la la politique de la ville de Paris qui est quand même une chasse aux voitures ?

1. ah ben je je suis + pour + mm mm

2. vous êtes pour ?

1. je suis pour + en rentrant dans un processus que j’n’aime pas trop vis-à-vis d’ moi c’est-à-dire que + euh il faut me mettre des li- il faut quand même me mettre des limites + pour m’empêcher de prendre la voiture alors que ça devrait venir de moi

2. au fond vous attendez d’la mairie d’ Paris qu’elle (rire) prenne un gros bâton et qu’elle vous dise « à pied »

2/ « à pied » (rires)
1. sur ce domaine oui

1. parce que je pense

1/ que je suis
2. d’accord

1. très malade + c’est bon j’aurais pas toujours cette pensée sur d’autres domaines mais sur celle-là oui + (mm) + voilà par contre j’ai essayé le vélib deux trois fois en mettant ma carte bleue + et c’est un mystère pour moi donc il faudrait qu’ j’ aille à ma banque et que j’ m’en occupe quand même + euh puisque ma caution quand on met sa carte bleue qu’on a pas d’ carte d’abonné ma caution y a écrit « caution cent cinquante euros » j’valide et elle m’est refusée + même si euh y a quand même y a des des sous sur le compte donc euh voilà donc je n’ai pas eu droit encore

2/ euh oui mais vous avez essayé
1. j’ai pas réussi à accéder

2. le deux-roues ça vous déplairait pas +

1 le vélo si pour essayer une fois non mais j’ crois que je suis comme j’ai jamais fait quasi d’ vélo d’ ma vie euh en tant que vraie parisienne et en étant très peu partie à la campagne j’ suis pas + pas très à l’aise mais pour faire les petites distances

2. vos filles ont quel âge ?

1. alors dix-sept et demi et quinze ans

2. et c’est aussi des accros d’ la voiture ? + ++

1. euh non + elles marchent elles s’ non non elles ont tendance à + non non elles adorent marcher + + puisque moi voilà j’ peux m’ dire « mais j’viens t’ chercher tu finis tard tu seras voilà » « non non non laisse-moi marcher laisse-moi marcher » donc euh non non + pareil qu’elles marchent elles prennent pas l’ métro pour faire quatre cinq stations elles prennent pas l’ métro elles y vont à pied + +

2. d’accord