Accueil > Thèmes de recherche > Axe 2 : Mécanismes de composition du discours

Référence

par Thierry POIBEAU - publié le

Ce thème regroupe des études de phénomènes référentiels et coréférentiels, dont certaines ont été amorcées dans le précédent contrat quadriennal (opération Identification des référents et transitions référentielles) ou dans des projets impliquant des chercheurs de Lattice, tels que le projet PEPS Modélisation Contrastive et Computationnelle des Chaînes de Coréférence, et dont d’autres font partie de collaborations en cours, notamment dans le Labex Empirical Foundations of Linguistics.

Un premier objectif est de construire une typologie des marqueurs de référence en faisant appel à des approches contrastives : contraste écrit/oral, contraste français médiéval/français contemporain, contraste français/anglais ou autre langue contemporaine. On s’intéresse ici aux modes d’accès aux référents et à leur saillance, les marqueurs de référence regroupant les expressions référentielles au sens classique (noms propres, descriptions définies…) et des formes atténuées qui évoquent les référents sans pour autant référer, telles que les sujets zéros de verbes et certaines constructions pronominales.

Un deuxième objectif est d’étudier la construction des chaînes de coréférence et leurs typologies possibles selon le genre textuel en faisant ici aussi appel à des approches contrastives. On s’intéresse aux ensembles de marqueurs qui entretiennent tous un lien de coréférence, et on cherche à décrire ces ensembles ou chaînes : nombre de maillons, types de successions de maillons, distances entre maillons. On cherche alors à caractériser les croisements de chaînes de coréférence dans un corpus en faisant appel aux possibilités de visualisation et d’aide à l’analyse de la linguistique outillée (cf. axe 3, opération Linguistique outillée).

Un troisième objectif est d’étudier les rapports entre chaînes de coréférence et structures discursives. Ces dernières sont entendues au sens des microstructures et des macrostructures explorées, par exemple, dans le projet ANR Annodis, mais aussi au sens des structures informationnelle et textuelle étudiées par des chercheurs de Lattice (cf. axe 2, opération Ordre des mots et structure informationnelle). L’objectif est d’identifier différentes corrélations, par exemple entre réutilisation du nom propre et passage à une nouvelle macrostructure, et de progresser ainsi dans la modélisation de la notion de textualité.