Accueil > Thèmes de recherche > Axe 1 : Notions linguistiques et transferts entre langues

Opération espace-temps

par Thierry POIBEAU - publié le

Dans le cadre de cette opération, nous mènerons une réflexion sur les liens entre langage et représentation du monde, en envisageant notamment la question des effets whorfiens.

Il faudra d’abord faire le point sur les nombreux travaux menés ces dernières années, en particulier sur les thèmes de l’espace et du temps, ainsi que sur les méthodologies employées : études typologiques ‘de surface’, descriptions grammaticales, corpus, élicitations, questionnaires.

La méthodologie envisagée dans le cadre de ce quinquennal est la création de corpus comparables à partir de supports multimédias, pour laquelle les membres du laboratoire ont de l’expérience, dans le cadre des projets Trajectoire (fédération TUL) et « De l’espace au temps » (Labex TransferS). Ces corpus permettront de créer une base de données interrogeable, qui pourra servir de point de départ pour d’autres études – y compris pour les autres axes du présent projet. Le but de cette opération est d’établir le degré de variabilité typologique dans l’expression de notions aussi fondamentales (ou supposées telles) que l’espace et le temps, et les régularités que l’on peut observer dans ces domaines. On pense ici par exemple à l’opposition bien connue entre langues à cadre verbal, qui expriment souvent la direction dans le verbe, et langues à satellites, qui expriment souvent la direction dans un satellite, et où le verbe est plutôt utilisé pour marquer la manière du mouvement (voir les travaux de Talmy et Slobin ; cf. le fameux exemple la botella entró (flotando) en espagnol vs the bottle floated in en anglais). On pourra ainsi observer la variation entre langues d’une même famille (par exemple les langues romanes), entre familles de langues (langues romanes vs germaniques ou slaves ; nous mettrons entre autres l’accent sur la grammaticalisation des verbes de mouvement en diachronie), entre différentes périodes pour une même langue (ancien français vs français moderne), mais aussi entre différents locuteurs d’une même langue. Les langues envisagées sont les langues romanes, germaniques, slaves et, en collaboration avec d’autres chercheurs, des langues plus éloignées typologiquement comme le basque, le japonais, le hongrois, le tagalog, l’amondawa, l’ikposso.

Liens avec d’autres opérations : cette opération est liée à toutes celles de l’axe 1, et en ce qui concerne la base de données elle est liée aussi aux opérations corpus et modélisation.