Accueil > Thèmes de recherche > Axe 3 : Changements linguistiques et évolutions en français

Modélisation de l’évolution de l’ordre des mots en français

publié le

C’est durant la période médiévale (9e-15e siècles) que les changements morpho-syntaxiques et syntaxiques majeurs du français se sont initiés et ont commencé à se propager. S’attacher à cet empan chronologique permet une meilleure appréhension et une compréhension accrue de certains mécanismes de changement, non spécifiques au français pour certains. L’ordre des mots est un lieu d’évolution majeur dans l’histoire du français, avec le passage d’une organisation relativement souple, d’un point de vue grammatical, à une organisation selon les fonctions grammaticales (majoritairement SVO). Bien que cette évolution ait été largement étudiée, plusieurs questions restent encore sans réponses satisfaisantes, tant en ce qui concerne la chronologie fine du changement (étapes intermédiaires et rythme), que ses modalités et ses causes.

Cela tient pour une large part à une prise en compte encore insuffisante de la variation. Source reconnue des changements (tout changement diachronique débute par une variation en synchronie), la variation, bien plus répandue en français médiéval qu’en français moderne, doit être envisagée dans une double dimension, interne (contextes intra-linguistiques) et externe (domaine, forme, dialecte, registre, ….). Seule la prise en compte de données massives et variées permettra de l’appréhender dans ses différents aspects. L’existence de ressources enrichies pouvant faire l’objet d’un traitement en partie automatisé (Syntactic Reference Corpus of Medieval French, 9e-13e siècles), et leur augmentation future (1 million de mots) dans le cadre du projet ANR Profiterole, ouvre de nouvelles perspectives pour une meilleure prise en compte des faits de variation.

L’histoire du français se caractérise par la simplification progressive des désinences nominales et verbales, ainsi que des options de combinaison des constituants majeurs. Ce sont les aspects de ce processus de spécialisation qu’il s’agit d’explorer dans le cadre du prochain quinquennal. Les premiers résultats d’une approche statistique fondée sur un large corpus ont montré qu’il existe une corrélation partielle entre les changements morphologiques et syntaxiques, ce qui ne signifie pas qu’un jeu de stricte causalité ait joué. Ces études ont également confirmé la nécessité d’accorder une grande attention aux variations, aussi bien internes qu’externes, et à la corrélation entre elles.

En couplant une approche variationniste à des analyses statistiques et en combinant approche quantitative et approche qualitative fondées sur un large corpus, on analysera la réduction progressive des 6 combinaisons de S, V et O originellement attestées en français (bien que dans des proportions variables) à une combinaison désormais dominante, au moins dans les déclaratives : SVO. Cela exige une analyse conjointe de la systématisation progressive de l’expression du sujet. Sur ce dernier point, les résultats précédemment acquis serviront de base à la prise en compte des différents facteurs impliqués, qu’ils soient d’ordre externe (forme, domaine, …) ou interne (type de propositions, présence d’autres arguments, mode d’énonciation, etc). Ces différents facteurs semblent intervenir pour la restructuration générale de l’ordre des mots, mais dans des proportions qui restent à évaluer. Il conviendra donc d’établir précisément le rôle respectif de ceux qui ont déjà été identifiés, et de déterminer si d’autres facteurs sont à prendre en compte. Il conviendra aussi d’établir le rôle exact (cause ? adjuvant ?) dans les différentes reconfigurations à l’œuvre de l’appauvrissement morphologique qu’a connu le français.

On s’intéressera par ailleurs à l’évolution de l’ordre de l’objet direct et du complément (objet indirect) dans les constructions ditransitives en français médiéval, recherche totalement inédite pour cette période. Il s’agit de mettre au jour les ordres préférentiels (sachant que les 6 combinaisons possibles sont attestées : VOC, VCO, OCV, COV, OVC, et CVO) et d’identifier les facteurs influençant l’ordre relatif des compléments du verbe, et ce dans une perspective comparative (date, genre, forme des textes). La démarche s’inspirera de l’approche multidimensionnelle et statistique de Thuilier pour le français moderne. Les résultats seront comparés à ceux de cette même étude, mais aussi à ceux obtenus pour l’anglais moderne par Bresnan et Ford.