Accueil > Thèmes de recherche > Axe 2 : Mécanismes de composition du discours

Marqueurs discursifs

par Thierry POIBEAU - publié le

Partant de l’idée que ces marqueurs sont – conformément à la définition ‘traditionnelle’ de Fraser (1990 et 1999) – des entités extradiscursives et donc non intégrées syntaxiquement et prosodiquement, nous chercherons à déterminer comment caractériser l’émergence de ces trois types de marqueurs : y a-t-il, pour ces catégories, le même mouvement d’émancipation de la rection du verbe principal (que l’on peut par exemple poser pour « mettre en effet », « mettre en œuvre » → « en effet », « je sais », comme le suppose du moins Bertin 2002) ?

Ce thème vise à étudier trois types de marqueurs discursifs : des marqueurs issus de syntagmes prépositionnels, comme « au fond », « en effet », « après tout », « d’un côté », « à propos »… ; d’autres issus d’adverbes, comme « alors », « finalement », « parallèlement », et enfin d’autres issus de formes verbales conjuguées, comme « regarde », « écoute », « attend », « tiens ». Partant de l’idée que ces marqueurs sont – conformément à la définition ‘traditionnelle’ de Fraser (1990 et 1999) – des entités extradiscursives et donc non intégrées syntaxiquement et prosodiquement, nous chercherons à déterminer comment caractériser l’émergence de ces trois types de marqueurs : y a-t-il, pour ces catégories, le même mouvement d’émancipation de la rection du verbe principal (que l’on peut par exemple poser pour « mettre en effet », « mettre en œuvre » → « en effet », « je sais », comme le suppose du moins Bertin 2002) ?

Afin de répondre à cette question, nous étudierons l’émergence des marqueurs sélectionnés dans quatre langues (français, italien, anglais, néerlandais), sur corpus – en travaillant sur deux genres différents, un genre argumentatif et un genre littéraire (nouvelles ou théâtre), l’hypothèse étant que l’émergence en tant que marqueurs de ces constructions, de certaines en tout cas, s’est d’abord faite dans certains genres. Pour ce dernier genre, nous distinguerons discours direct et récit. Ceci permettra de suivre l’évolution de marqueurs typiques de l’écrit et de l’oral (dans le discours direct). Les corpus sélectionnés devront répondre à des critères stricts de comparabilité, notamment à travers l’élicitation, pour les langues modernes.

Ces études seront complétées par des investigations psycholinguistiques sur le traitement en compréhension des constructions des expressions référentielles et des marqueurs de discours. Une première recherche, en cours, concerne l’incidence des verbes symétriques sur l’interprétation des pronoms (singuliers et pluriels). Une deuxième, fondée sur des analyses de corpus, porte sur l’interprétation des pronoms cataphoriques dans les subordonnées temporelles et concessives.