Accueil > Thèmes de recherche > Axe 1 : Notions linguistiques et transferts entre langues

Frame lexique, culture et transferts

par Thierry POIBEAU - publié le

L’opération se propose d’étudier les frames et constructions verbales des concepts et verbes de don et d’échange selon une approche de la sémantique cognitive et de la grammaire des constructions.

Les données sont recueillies sur corpus écrits en français, comparativement avec des données sur corpus écrits en anglais. Deux postulats de départ sous-tendent le travail, empruntés à la grammaire cognitive de Langacker et aux recherches typologiques telles qu’elles sont développées à l’institut Max Planck :

a) la grammaire et le lexique sont des formes symboliques que nous envisageons comme des constructions à la fois du stock lexical et lors de la construction du sens en contexte,
b) il existe des invariants sémantiques et des variations entre langues d’ordre culturels ou dues aux systèmes.

L’étude français-anglais est étendue à d’autres langues au travers de collaborations avec un spécialiste des langues d’Australie, de Papouasie, Nouvelle Guinée à partir de données écrites sur corpus ou orales concernant les langues en danger recueillies sur le terrain par les collaborateurs australiens. Cette collaboration permet d’approfondir la méthodologie et les concepts de frames et constructions, au travers également de la morphologie, envisageant l’apport de la sémantique cognitive aux frames syntaxiques.

Nous approfondissons dans cette recherche sur les verbes de don et d’échange, les concepts de transfert et de réciprocité et mettons en œuvre une méthode d’étude sémantique et syntaxique des constructions et des structures conceptuelles regroupées en frames abordant ainsi les notions de saillance cognitive et les divers processus d’extensions sémantiques. Nous décrivons et analysons les convergences et différences dans les recouvrements de catégorisations sémantiques à partir des corpus français, anglais, nen et dalabon.

Nos explorations tentent de comprendre :

1) ce qui relève d’une culture donnée et ce qui est partagé par les langues dans ces concepts de don et d’échange, au travers de leurs manifestations linguistiques, sémantiques et syntaxiques en particulier aux travers de constructions.
2) les manifestations sémantiques de ces conceptualisations au travers de la grammaire et du lexique de ces langues ; la linguistique cognitive posant les hypothèses selon lesquelles la grammaire est une conceptualisation et le langage n’est pas une faculté isolée, mais une faculté cognitive en relation avec les autres facultés cognitives telles que la perception.

Outre la méthodologie linguistique développée qui pourra être étendue de manière comparative à d’autres langues nous le souhaitons, les collaborations avec les collègues étrangers et l’institut Max Planck pourront permettre de développer des questionnaires et vidéos tels que réalisés dans une étude des verbes de séparation sur 36 langues (Huettig et al. 2010). Une exploration des données en diachronie est également prévue au travers de collaborations internes au Lattice.