Accueil > Thèmes de recherche > Axe 1 : Lexique

Axe 1 : Lexique

Responsable : Myriam Bouveret

Participants : A-M. Argenti, M. Bouveret, S. Carter-Thomas, C. Fuchs, P. Haas, C. Hamilton, P. Le Goffic, F. Mélanie-Becquet, L. Sarda

Collaborateurs extérieurs : L. Badan (Université de Gand), E. Corre (Université de Paris 3, Sorbonne Nouvelle), S. Garnier (Université de Chicago), R. Huyghe (université de Fribourg), K. Krawczak (Université de Poznan), P. Pietrandrea E. (Université de Tours)

1. Motivations

Nous souhaitons inscrire dans ce quinquennal un axe nouveau, centré sur le lexique, qui renoue avec les travaux conduits au sein du Lattice dans la perspective théorique de la construction dynamique du sens et s’inscrit plus largement dans le courant des grammaires cognitives qui s’intéressent à l’aspect dynamique des langues et du langage afin de saisir les opérations de construction de la signification. Les études qui sont menées dans cet axe bénéficient des compétences des membres du laboratoire en matière de typologies nominales, de constructions verbales, et de grammaires de construction.
Le point fort de la perspective que nous avons choisie est d’aborder le lexique en contexte à partir de l’interaction de plusieurs catégories en tirant à la fois profit des descriptions théoriques disponibles et des nouveaux outils d’exploration de corpus. L’intérêt des travaux prévus réside également dans le fait que les domaines sémantiques que nous abordons dans cet axe (l’existence, le mouvement, le don, la réciprocité) permettront de développer une lexicologie ontologiquement fondée.

2. Nouveautés et enjeux

Un des atouts de la perspective adoptée dans cet axe est que les études menées portent simultanément sur plusieurs catégories lexicales (en particulier, les noms et les verbes) ou sur des constructions, plutôt que sur des catégories lexicales prises isolément. En effet, notre but est de travailler sur des relations entre unités et non pas uniquement sur les unités elles-mêmes. Est ainsi mis en relief le double rôle du contexte qui, d’un côté réduit le sens par des opérations de filtrage, et d’un autre côté, ajoute ou crée du sens par la réunion d’éléments. Ce double rôle du contexte a été très bien saisi par la notion de « compositionnalité gestaltiste » telle qu’elle est développée dans la théorie de la construction dynamique du sens. Cette attention portée au contexte rejoint aussi les fondements des grammaires de construction, qui assument que le sens d’une construction ne se ramène pas à la somme prédictible des sens de ses composants lexicaux. La ligne directrice est donc d’aborder le lexique en contexte à partir de l’interaction de plusieurs catégories.
Les études qui sont menées au sein de cet axe s’inscrivent dans une recherche plus vaste et plus ambitieuse, celle de caractériser la construction du sens dans le discours par les locuteurs. Aussi, la démarche que nous développons s’appuie sur un aller-retour constant entre les données observables en corpus, et la recherche de tests linguistiques pour expliquer les compatibilités existantes. Il s’agit de développer une lexicologie fine et multicatégorielle.

3. Opérations

Les relations nom / verbe (dans l’expression de l’existence et du mouvement)

Cette opération est consacrée aux relations entre noms et verbes, appréhendées d’un double point de vue complémentaire : d’une part les relations (syntagmatiques) de compatibilité entre noms et verbes (dans un champ donné : l’expression de l’existence), d’autre part les relations (paradigmatiques) de dérivation d’un nom à partir d’un verbe (dans un champ donné : l’expression du mouvement).

Lire la suite

Constructions verbales de don et de réciprocité

L’opération est consacrée à l’expression linguistique des notions de DON et de RECIPROCITE dans la perspective de la linguistique cognitive (dans la lignée des travaux fondateurs de Langacker (1987, 1991)) et en particulier des grammaires de constructions (Goldberg 1995).

Lire la suite